Le système des trois piliers suisses

Le système des trois piliers

Le système de prévoyance suisse est l'un des plus avancés au monde. Il repose sur un système de trois piliers, une approche propre au système de sécurité sociale suisse.

La solidarité est un élément essentiel de ce système pour ses prestations et son financement. Elle est fondée sur le principe selon lequel les personnes en âge de travailler financent les rentes des retraités, les “jeunes” profiteront eux-mêmes de cette solidarité l’âge venu.

Si vous êtes travailleur frontalier en Suisse, vous dépendez du régime de retraite suisse. Ce guide vous permettra de mieux comprendre le système de prévoyance suisse afin de pouvoir optimiser votre situation fiscale dans le cadre de votre prévoyance.

Le système de prévoyance suisse repose donc sur les trois piliers suivants :

  • 1er pilier : l'assurance-vieillesse et survivants (AVS), qui permet de couvrir les besoins vitaux à la retraite ainsi que l'assurance invalidité (AI). Elle est obligatoire pour tous ceux qui résident et/ou travaillent en Suisse.
  • 2ème pilier : la prévoyance professionnelle (LPP) et caisse de pension permet aux assurés de maintenir leur niveau de vie antérieur. Elle est obligatoire pour tous ceux qui travaillent en Suisse.
  • 3ème pilier : la prévoyance individuelle, basée sur l'épargne volontaire effectuée par les assurés. Elle est facultative.
Système des trois piliers suisses

1er pilier : l'AVS, la pension étatique

Le premier pilier est obligatoire pour tout adulte résidant et/ou travaillant en Suisse, qui vise à garantir le minimum vital à la retraite. C’est l’assurance de vieillesse et survivants, ou l’AVS. Grâce à un contrat de génération, la population active finance la population retraitée par un processus de répartition. Les hommes partent à la retraite à 65 ans et les femmes à 64 ans. Les cotisations à l’AVS sont payées obligatoirement, une moitié par l’employeur et l’autre moitié par l’employé (le prélèvement se fait directement sur le salaire). Le premier pilier comporte également l’assurance invalidité, qui a pour but d'atténuer les conséquences financières d’une diminution, pour raison de santé, de la capacité de travailler.

Le premier pilier est constitué de :

  • L’assurance-vieillesse et survivants (AVS) : elle garantit que chaque personne reçoit dès l'âge de la retraite un montant selon sa situation personnelle et les cotisations payées.
  • L’assurance-invalidité (AI) : elle octroit des rentes à des personnes qui sont physiquement ou psychiquement limitées et qui sont dans l’incapacité de travailler.
  • L’assurance-chômage (AC) : elle octroie des rentes si vous vous trouvez dans une situation où vous n’avez pas d’emploi, vous serez soutenu par cette assurance.
  • L’assurance de perte de gain (APG) : elle garantit le salaire en cas de congé maternité ou de service militaire.

En tant que frontalier, votre rente dépend des années de cotisations prises en compte et du revenu annuel moyen déterminant.

Par ailleurs, le 1er pilier ne couvrant que le minimum vital, la rente minimum étant de 1'175.- par mois, et de 2'350.- maximum par mois. Il est insuffisant pour maintenir le niveau de vie souhaité, et c'est pour combler ce manque que la prévoyance professionnelle obligatoire a été créée.

2ème pilier : la prévoyance professionnelle, maintien du niveau de vie antérieure

Toutes les personnes actives économisent leur propre avoir de vieillesse par un processus de capitalisation. La prévoyance professionnelle permet aux assurés de conserver dans une large mesure leur niveau de vie antérieur. Elle est obligatoire pour une partie de la population active. Le deuxième pilier comprend la prévoyance professionnelle que l’on appelle caisse de pension, il couvre le risque d'invalidité et de décès par suite de maladie ou accident.

Sont assurés au 2ème pilier tous les employés qui sont déjà assurés au 1er pilier et qui gagnent au moins 21'330 francs par an (état : 2019). La loi prévoit un taux minimum obligatoire que l’employeur et l’employé paient à part égale. Cette somme est directement prélevée du salaire de l’employé. Le taux de cotisation minimum est fixé par la Confédération. Il dépend de l’âge et du sexe :

ÂgeTaux de cotisation
25-347%
34-4410%
45-5415%
55-6518%

Avant l’âge de 24 ans, les cotisations ne couvrent que les risques de décès et d’invalidité. A partir de l’âge de 24 ans et jusqu’à l’âge de la retraite, l’assuré cotise également au titre de la rente de vieillesse.

La prévoyance professionnelle est complémentaire à l’AVS, pour que l’ensemble (PP + AVS) couvre environ 60% du dernier salaire. Toutefois, afin de disposer de suffisamment d’argent à la retraite pour se consacrer à ses centres d'intérêt, on peut avoir recours à la prévoyance facultative.

3ème pilier : pension personnelle destinée à un revenu complémentaire pour la retraite

Le troisième pilier est celui de la prévoyance individuelle. Celle-ci est facultative et se divise en deux branches. le pilier 3a et 3b.

Le 3ème pilier complète les prestations des 1er et 2ème piliers et inclut diverses formes de constitutions de capital comme le compte épargne, les titres, les assurances-vie, ou les propriétés du logement.

Si vous voulez maintenir un bon niveau de vie à la retraite, à voyager et à continuer de pratiquer vos hobbies, il faut s’occuper de sa prévoyance complémentaire au plus vite. Plus vous commencerez tôt, le plus efficace elle sera.

C’est à la banque ou auprès de votre compagnie d’assurance que vous devrez vous adresser pour souscrire un 3ème pilier.

Attention toutefois, selon votre situation (frontalier ou résident en Suisse), il ne vous sera peut-être pas possible de souscrire un 3ème pilier. Renseignez-vous auprès de votre banque ou assureur pour plus d’informations.

Pour les frontaliers, le 3ème pilier s'assimile à un PERP (Plan d’Epargne Retraite Populaire).

Pilier 3a : Ce pilier est financé par vous-même et les sommes versées dans le pilier 3a ouvrent droit à des déductions fiscales intéressantes. Le pilier 3a fonctionne comme une caisse d’épargne mais peut aussi déduire de ses revenus le montant déposé tout au long de l’année, avec une limite (d’un peu plus de 6700 francs suisses). Le 3ème pilier réduit votre revenu imposable, et donc le montant que vous aurez à payer aux impôts.

Pilier 3b : Il peut être utilisé pour l’assurance-vie, épargne, actions, ou propriété du logement. Seuls les résidents suisses peuvent souscrire à ce pilier en passant par une assurance.

Ces trois piliers visent à protéger financièrement chaque personne et ses proches, au terme de la vie active, en cas d’invalidité ou en cas de décès.

Plus d’informations sur les piliers pour les frontaliers ici.